IMG_4739Il est des secrets qui devraient peut-être le rester. Des secrets qui, s’ils sont avoués, risquent de vous mettre au ban de la société… De la bonne société bretonne, en particulier.

Moi par exemple, je connais quelqu’un qui… pfff, ce n’est pas évident à dire… allez, je me lance : quelqu’un qui n’aime pas la plage. Elle a de nombreuses qualités, hein, attention ! C’est une trentenaire charmante et pleine d’esprit, malgré cette tare.

Il faut dire aussi que –bon, je ne veux pas me faire l’avocate du Diable, notez – mais la plage, c’est quand même essentiellement constitué de sable. Et le sable, ça s’infiltre partout : l’hiver, dans les chaussures même les mieux fermées, dans les poches de jeans, dans celles des manteaux… Et si les pantalons de vos enfants sont un peu grands, vous leur faites un revers, après tout dans six mois ça leur va. Après un tour sur la plage, ceux-ci sont souvent mieux lestés qu’un mafieux russe au fond de la Volga.

Donc de retour à la maison, après cette formidable balade hivernale, la plage rentre avec vous. Et elle reste un moment, comme les confettis qu’on retrouve encore derrière les coussins, trois mois après la mi-carême… En plus, c’est pas pour balancer, mais le sable, c’est plutôt mou. Alors pour marcher, il faut faire des efforts. Et je ne vous parle même pas de faire la course avec vos chérubins ! Non que vous répugniez au concept même de l’effort, d’ailleurs ça fait des mois que vous avez prévu de vous inscrire au club de gym ! Mais là, on vous avait vendu du rêve, du plaisir en famille… Non, franchement, pour la pub Nutella, on repassera.

Enfin, au moins, vous avez pris l’air. Le bon air marin, chargé d’embruns, qui vous fouette le visage… De l’air, vous en avez pris, et plein la gueule, à vrai dire ! Vivifiant, c’est ça, oui… Il va surtout vivifier vos dépenses de santé non remboursées, mouchoirs et sirops pour tout le monde pendant quinze jours ! Quand votre pharmacien vous voit partir à la plage, il se frotte les mains.

Alors la plage, l’été, pourquoi pas… Mais il y a toujours autant de sable, et cette fois ce n’est pas dans les chaussures qu’il rentre ! En plus, il fait toujours aussi froid, malgré cela vous êtes obligée de dévoiler une bonne partie de votre corps (qui a un peu zappé l’inscription au club de gym) à tous vos voisins de serviette. Et ils sont nombreux. Et bruyants, vous avez du mal à finir votre Closer. De toutes façons, vous ne pouvez pas lire, parce qu’à la plage, l’été, il faut surveiller vos charmants lutins n’ont qu’une envie, c’est d’aller se baigner. Surtout s’ils ne savent pas nager ! Vous essayez bien de détourner l’attention avec  un goûter, pain-beurre- chocolat, mais malheureuse !! Les tartines, c’est une loi de la nature, ça tombe toujours dans le sable !

Bon, il est temps de rentrer. Et de faire votre coming-out : allez, dites-le, que vous n’aimez pas la plage ! Je vous assure que ça soulage. Enfin, bien sûr, je ne dis pas ça pour moi, hein !