EnfantsLes enfants sont merveilleux, c’est forcément vrai puisque Jacques Martin le disait…

Pourtant les vrais enfants, comme les vôtres par exemple, vous en doutez un peu, parfois. Ils disent « Berk ! » en voyant des légumes. Ils ont envie de faire pipi quand vous quittez la station-service. Ils courent en hurlant quand vous êtes au téléphone. Ils veulent mettre le pyjama rouge justement quand il est dans la machine. Ils vous demandent pourquoi vous avez un gros ventre alors qu’il n’y a pas de bébé dedans. Ils se déguisent au moment de partir à l’école. Ils vous lâchent la main pour courir dans la rue. Ils vident entièrement la caisse de Playmos dans la chambre que vous venez de ranger. Ils disent « Tu pues » à votre grand-mère. Entre autres petits bonheurs du quotidien…

Mais vous êtes une femme moderne, loin des clichés de la mère dévouée. L’abnégation, c’est pas vraiment votre came, vous êtes même assez rock n’roll, quand vous voulez. Et l’épanouissement par l’enfantement, vous aimez clamer que c’est du pipeau ! Vous avez des vergetures et les seins qui tombent, merci les grossesses ! Vous êtes crevée quand vous rentrez à point d’heure, merci les réveils matinaux ! Vous mettez un euro dans une boîte quand vous dites un gros mot, merci l’éducation !

Non, vous n’avez pas peur d’affirmer que les gosses, c’est quand même chiant. Vous n’êtes pas de ces faux-cul  qui n’osent même pas avouer leur immense fatigue quand leur petit dernier se réveille toutes les nuits en hurlant, tout ça au nom de la sacro-sainte maternité… D’ailleurs, le dernier spectacle de Florence Foresti, dans lequel elle balance toute la vérité sur le soi-disant bonheur d’être mère, vous auriez pu l’écrire ! Quelle fierté de raconter à qui veut l’entendre qu’en quinze jours de vacances, vos enfants ne vous ont pas du tout manqué ! Oui, parce que « vacances », évidemment, ça veut dire sans les enfants…

Et puis hier, votre fille de 5 ans vous a affirmé que, quand elle serait grande, elle ne voulait surtout pas d’enfant. « Mais pourquoi, ma chérie ? » lui avez-vous demandé, vaguement interloquée. « Parce que les enfants, c’est vraiment trop fatiguant, ça embête tout le temps les parents… »

Et merde. (Un euro). Alors elle n’a pas vu que vous adorez ses dessins, ses chansons et ses déclarations d’amour ? Elle ne sait pas que vous les regardez dormir tous les soirs, après les avoir bordés ? Que vous rosissez de plaisir quand on vous complimente sur eux ? Que leurs photos ont pris possession de tous vos fonds d’écran ? Que vous pourriez torturer et tuer pour eux ? Que depuis qu’ils sont là, vous êtes quand même beaucoup, beaucoup plus forte (et pas seulement en corpulence) ?

Vous avez beau être rock n’roll, il va franchement être temps de clamer un peu plus fort et plus souvent combien les enfants sont merveilleux. Surtout les vôtres.