burgerIl est une tâche ménagère qui vous revient de fait, et si vous souhaitiez faire mentir les statistiques, c’est loupé… En effet, votre présence désormais quotidienne au foyer familial suppose en toute logique que c’est à vous, femme, de préparer les repas. Au moins le dîner. Au moins celui des enfants. Bon OK, ça réduit le nombre, mais ça dure quand même toute la semaine.

Et chaque jour, revient cette source d’angoisse : mais qu’allez-vous donc faire à manger ? Comme la question est pour vous tout aussi abyssale que celle de l’existence de Dieu, mais que vous en retirez beaucoup moins de plaisir intellectuel, vous retardez autant que possible le moment de vous la poser. Genre vers dix-neuf heures, quand vous estimez qu’il est temps pour vos chérubins de se mettre à table, si vous voulez espérer les coucher avant vingt heures trente… (Oui, là-dessus aussi, vous avez des principes… !)

Evidemment, c’est sans compter sur le temps nécessaire à la préparation d’un repas. Même les pâtes, il paraît que ça se cuit ! Et vous qui avez été élevée au poisson pané et à la purée Mousline, n’avez pas profondément intégré la culture de la bonne bouffe, celle qui se prépare et se mijote…

Attention, entendons-nous bien : vous adorez les poissons panés, surtout la croûte d’ailleurs, et rien n’égale le petit puits de beurre au sommet de la purée Mousline ! Certes, vous avez découvert très tard qu’un cassoulet pouvait se fabriquer autrement qu’en ouvrant une boîte, et qu’il y avait des aubergines dans la ratatouille… Mais ça ne vous a jamais manqué. Evidemment, vous êtes heureuse d’avoir découvert de nouvelles saveurs, mais loin de vous l’idée de renier les boîtes et le surgelé ! Vous estimez en fait que ces différents types d’alimentation ne sont pas comparables. Non pas dans le sens ou l’un est meilleure que l’autre, mais bien parce qu’ils ne jouent pas dans la même catégorie. Ça ne vous viendrait pas à l’idée de comparer Guerre et Paix avec Tintin et les Picaros… Ben c’est pareil.

Prenez un hamburger, par exemple. Pour le summum de la classe internationale, vous faites vous-même les petits pains. Vous y insérez un steak de chez le boucher, de l’emmental directement glané en Suisse, un peu de roquette et de tomate uniquement si c’est la saison… Bien évidemment, ce sera une tuerie ! Proposez-le même en dîner de gala, vous ferez assurément votre petit effet. Soit.

Mais allez au MacDo, et achetez un Deluxe. Rien à voir. Mais voilà, vous l’aimez aussi. La ratatouille en boîte, c’est sucré, on ne sait pas trop ce qu’il y a dedans, mais avec du riz, vous adorez ça. Ou les crêpes au fromage surgelées de la cantine, avec parfois quelques rares morceaux de « jambon » ! Mmmmh ! La bonne madeleine de Proust que voilà ! Et vous n’avez rien contre le fait d’affirmer que l’une n’est pas de la ratatouille et que l’autre n’a rien d’une crêpe. Au contraire, vous validez, surtout après avoir découvert que vos beaux-parents étaient prêts à passer des heures à éplucher des légumes, et allaient même jusqu’à les insérer dans la cocotte dans un ordre précis, relatif au temps de cuisson des uns et des autres !

Enfin. Ça ne vous dit pas ce que vont manger vos enfants. Qui ne vous incitent pas franchement à passer plus de temps en cuisine, puisque c’est souvent laborieux de leur faire avaler du vrai poisson ou des légumes qui ont goût de légumes. Heureusement, vous pensez à leur équilibre, et en plus d’acheter votre culpabilité à coups de tomates concassées en boîte, qui dans les pâtes, remplacent le ketchup…

Vous les avez inscrits à la cantine.