gros-bobo-tankardVous avez essayé, vraiment essayé, sans grand succès.

Vous avez acheté du pain bio, il a fini à la poubelle. Vous vous êtes branchée sur France Inter, et avez failli vous endormir au volant. Vous avez acquis un vélo, il est couvert de toiles d’araignées. Vos enfants, avant 5 ans, auraient pu sortir une étude comparative sur Quick et Mc Do. Dès que vous entrez chez un marchand de journaux avec la ferme intention d’acheter Télérama, vous en sortez avez Biba. Vous avez inscrit vos enfants dans le public, mais râlez quand il y a une grève. Vous n’êtes même pas arrivée au bout des 32 pages de Stéphane Hessel, et les premières ne vous ont pas vraiment indignée, mais juste plombée. Vous avez hâte que les rues soient toutes illuminées pour Noël, malgré les dépenses et l’énergie gâchées. D’ailleurs vos enfants ne sont pas baptisés, mais vous avez bien envie d’acheter une crèche, cette année. Quant on vous parle de votre empreinte écologique, vous prenez l’air concerné et hochez la tête, mais vous n’en avez sincèrement rien à foutre. Vous avez failli vous abonner à la médiathèque…  comme tous les ans. Et surtout, surtout, vous vous gardez bien de le dire quand vous décelez une phrase pertinente chez Sarkozy.

Vos amis vont bien finir par se rendre compte que vous n’êtes pas une vraie bobo !...

Pourtant vous avez eu votre période bourge, ça ne vous a pas mieux réussi.

Vous avez traîné chez les babos, ça n’a duré qu’un temps.

Vous êtes sortie avec des beaufs, des anars, des racailles, des militants RPR jeunes, des artistes, des RMIstes, des sportifs, des clubbers, des agriculteurs… Vous pourriez écrire un petit guide sociologique des relations amoureuses !

Malgré ces recherches approfondies, vous ne vous êtes toujours pas trouvée. Vous ne savez vraiment pas dans quelle case entrer ! Vous avez beau essayer de vous définir avec des critères précis, profession, religion, milieu d’origine, niveau de revenus… Il y a toujours un moment où ça pêche !

Et si, finalement, vous ne faisiez pas partie d’une catégorie précise ? Et si ça n’avait aucune importance ? Et si, hypothèse carrément révolutionnaire pour votre esprit étriqué, vous n’en aviez que plus de valeur ? Peut-être qu’avoir pioché, au fil du temps, dans tous les genres rencontrés, vous a finalement construit une personnalité bien à vous… Et non pas une absence de personnalité,  comme vous le craignez parfois au regard de votre je m’en foutisme concernant de nombreux sujets !

Mais oui, allons, travaillez l’hypothèse, faites-en une théorie, une idéologie s’il le faut : vous êtes unique parce que vous êtes multiple. Parfait, vous n’avez plus qu’à écrire un livre de développement personnel. Et assumez enfin, quel soulagement ! Vous pouvez maintenant laisser tomber France Inter pour revenir à Nostalgie…

Ce qui va vous permettre de citer Dalida en toute impunité : « Je suis toutes les femmes… »