IMG_1444Et de trois. Voilà, ça y est, elle est sortie, toute petite, de votre énorme ventre, et tout s’est bien passé. Vous avez assuré comme une chef, à croire que vous avez fait ça toute votre vie. En plus c’est un amour, elle ne pleure presque pas. Bon, pas le jour, en tous cas…

Et vous, vous n’imaginiez pas cela possible, au regard de votre passif lamentable en terme d’état général post-partum, mais vous êtes en pleine forme. Autant qu’on puisse l’être dans ces cas-là. Bon, évidemment, avec vos cernes et vos hanches dignes d’une déesse de la fertilité (ce qui est une façon aimable de dire « grosses »), vous ne ressemblez pas à grand-chose, mais ça ne vous mine même pas, vous savez que ça passera.

Votre efficacité est limitée, certes, d’ailleurs vous avez une chronique en retard, mais vous avez bien l’impression qu’on ne vous en veut pas trop, un accouchement étant parfaitement perçu comme un cas de force majeure. God bless le naturalisme misogyne*, vous avez bien l’impression que Rachida Dati, retournant bosser cinq jour après la naissance de sa fille, a été perçue comme une mauvaise mère bien plus qu’elle n’a été admirée pour son professionnalisme… Ne dites rien, où alors enfoncez-la aussi, c’est bon pour vous qui comptez profiter de l’arrivée de ce troisième enfant pour prendre le temps nécessaire pour trouver, enfin, quel avenir professionnel vous correspond. Comment, en d’autres termes, à la fois gagner de l’argent et prendre du plaisir à la tâche. Ceci dit, ça fait bien une vingtaine d’années que vous y réfléchissez, rien ne dit que vous allez trouver maintenant !

Bref. Depuis dix jours, vous êtes mère de trois enfants, il vous semble qu’on peut déjà dire « famille nombreuse », même si ça vous semble encore un peu juste. Vous êtes bien contente de pouvoir à nouveau vous baisser pour lacer vos chaussures, à nouveau passer des soirées arrosées et enfumées, à nouveau dormir sur le ventre…

Pour l’instant votre Môman est là, c’est presque trop facile, mais il vous faudra quand même vous organiser correctement pour emmener les deux grands à l’école sans oublier la petite dernière, vous sentez déjà poindre quelques retards. Il va falloir aussi rester zen après vos nuits hachées, et face à la demande d’affection pressante des aînés. Vous penserez aussi à monter le chauffage, c’est fragile un nourrisson, et augmenter le rythme des tournées de linge, et arrêtez de prévoir des cinés en journée, jusqu’à trois mois vous êtes légèrement bloquée… Pensez à noter les heures de biberons, sinon vous oubliez, et allez la peser, bon sang, ça devait être fait il y a deux jours ! Et vous n’avez toujours pas acheté sa vitamine, ni mis à jour les vaccins des grands, sans parler des vôtres. Et vous avez omis de payer quelques factures, qui s’accumulent dans l’entrée. Après vous penserez à appeler la CAF, et remercier pour les messages que vous avez reçus ces derniers jours ! Envoyez aussi des photos à votre belle-mère, franchement ça prend deux minutes ! Dans la foulée, n’oubliez pas les faire-parts, il faut demander toutes les adresses postales…

Ouais, c’est ça, vous êtes en pleine forme. Mais vous avez comme une petite angoisse : quand allez-vous péter une durite ? Ne reste qu’à prier « Sainte Rachida, donnez-moi la force »…

 

*C’est-à dire que les femmes auraient le gène du ménage et les hommes celui de tout ce qui est important en ce bas monde. C’est comme ça, c’est naturel.