paris_hilton-voteJ’ai lu que 32 % des électeurs ne se déplaceraient pas pour aller voter. C’était un tweet de ma radio locale, qui demandait si on comprenait cette abstention.

32 %, je me suis d’abord dit, c’est énorme, franchement les gens n’ont aucune conscience politique, c’est fou… Et puis j’ai répondu que je comprenais. Très bien même. Et comment !

Evidemment, j’irai voter. Mais pas parce que je crois qu’un président ait le pouvoir de nous sortir de la crise, de créer du plein emploi et de faire du beau temps tout l’été… J’irai voter parce que je suis suffisamment pétrie des principes de la bonne société citoyenne, et je le sais, j’en suis sûre, je l’ai intégré : ne pas aller voter, c’est mal. A côté de ça, au hasard, trousser une domestique par exemple, ça semble plutôt convivial. J’irai voter comme on finit son assiette, pas parce que c’est bon mais parce qu’on vous dit qu’en Somalie, il y a des enfants qui meurent de faim. Et donc ? Si moi je mange, ils arrêteront de mourir ? J’irai voter parce que rends-toi compte, les femmes se sont battues pour qu’aujourd’hui, tu puisses choisir.

Pourtant, choisir entre un mou et un teigneux, qui draguent comme ils peuvent dans le camp d’en face, sincèrement, je ne vois pas bien ce que ça change. Il y a forcément un truc qui m’échappe, parce qu’autour de moi, les gens ont l’air bien sûrs d’eux. Sûrs qu’il faut que l’un dégage parce qu’il est trop insupportable, sûrs qu’il faut que l’autre n’arrive pas parce qu’il n’a pas la carrure…

De mesures, il est peu question. Et quand bien même, je ne peux m’empêcher de penser que bien que je ne souffre en aucun cas de problèmes d’estime de moi, je n’ai pas vraiment les compétences pour juger de l’efficacité, à terme, d’une orientation politique ou économique. « Le meilleur argument contre la démocratie est une conversation de cinq minutes avec l'électeur moyen. », a dit Winston Churchill. Très condescendant, certes, mais sans doute juste. Et je me mets dans le lot des moyens, attention !

Pourtant, cette fois, je me le suis promis, je vais choisir. Non mais vraiment, même si aucun ne m’inspire, j’essaierai de trouver celui ou celle qui corresponde le mieux à mes valeurs, ou qui en est le moins éloigné, et je mettrai son nom dans l’urne. Je ne ferai pas chou blanc comme d’habitude. Putain, ça va être dur, plus encore que de choisir au resto, et en plus il faudra le faire deux fois… Mais j’y arriverai ! Je vais essayer de voir, au moins sur les questions qui me tiennent le plus à cœur, lequel répond le mieux à mes attentes.

Ou alors, je tirerai à pile ou face.

Ah oui, vraiment, c’est important d’aller voter…