Je suis née bordélique, tête en l'air, et en retard. Anarchiste, disait ma mère dès mes trois ans, n'y voyant pas alors de portée politique… Juste allergique à l'ordre autant qu'aux ordres.
Un jour, ma belle-sœur – de huit ans mon aînée – alors que je l'admirais pour son organisation, m'a avoué que depuis son enfance, elle était bordélique, tête en l'air et en retard. Tout n'était pas réglé, loin de là, mais alors, certains de ces traits de caractère s'étaient sérieusement résorbés. Parce qu'avec des enfants, dans la mesure où ceux-ci sont directement impactés par ton bordélisme, tu es obligée de t'organiser un minimum. « Ça viendra, ne t'inquiète pas... »
Je ne la croyais pas vraiment, cette femme capable de faire porter à ses trois enfants des vêtements repassés après un trajet en valise (les vêtements, pas les enfants), cette femme capable de penser à préparer le déjeuner AVANT que les enfants aient faim, et après avoir fait un footing…
Face à moi, débordée avec ma fille aînée, unique à l'époque, (elle est toujours unique, mais a des frères et sœurs !) ayant oublié d'apporter les biberons, encore en pyjama froissé à l'heure de l'apéro…
...Je n'étais pas certaine qu'elle avait pu être comme moi, et encore moins convaincue que je pouvais changer.
Et bien aujourd'hui, huit ans plus tard, j'ai la fierté de vous annoncer que certains de ces aspects de ma personnalité se sont légèrement résorbés. À l'instant où je vous parle, 3 jours avant Noël, (presque) tous mes cadeaux sont achetés. Et même emballés. Les enfants n'ont jamais été en retard à l'école (depuis la rentrée) (enfin ils n'ont jamais eu de billet de retard). Comble de l'organisation, depuis quelques temps j'utilise même une balance pour suivre les recettes de cuisine (suivre, pas inventer !)
Il m'arrive même, mais ça reste entre nous, je n'en suis pas fière... Il m'arrive de ranger les couverts par famille dans le panier du lave-vaisselle pour que soit plus facile au moment de le vider.
Pardon.
Ceci est donc un message d'espoir pour tous les bordéliques du monde : ce n'est pas une fatalité, ça peut changer.
Quoique... l'idée d'un monde trop bien rangé me file quand même des bouffées d'angoisses... Non en fait, restez comme vous êtes. Bordélique de tous pays, unissez-vous !