Depuis que je travaille pour un super site internet de sorties pour enfants (pour gagner ma vie, pas juste pour le bien-être de mon foyer), vous aurez constaté que je poste moins. Ben oui, à la place je travaille, donc. Et souvent toute seule chez moi, car j'ai un statut d'indépendante, avec ce que ça implique d'avantages (je gère mon planning, je me demande à moi-même les congés enfants malades, je fais pipi la porte ouverte...) et d'inconvénients (je n'ai pas de collègues donc pas de ragots à la machine à café, je vis sur mon lieu de travail et donc j'ai du mal à décrocher, je ne gagne d'argent que si je bosse vraiment...).

Photo DR http://www.ludovicpassamonti.comPhoto Ludovic Passamonti

J'en discutais récemment avec un autre indépendant (createur se sites internet à Nantes) de mes amis, et nous constations que parfois, notre entourage avait du mal à comprendre que le fait de passer ses journées à la maison pouvait être synonyme de « travailler ». Et ça nous agaçait un peu, malgré toute la bonne volonté de l'entourage en question...

Et voici donc, mesdames et messieurs, le top des phrases qu'on adoooore entendre quand on bosse chez soi :

  • T'as pas d'horaires, c'est cool ! (Oui, surtout cool quand je m'y remets le soir et le we.)

  • Et sinon, ça te prend beaucoup de temps ce que tu fais ? (Ben comme toi en fait. Ça s'appelle un travail.)

  • Tu pourras passer à la banque/la pharmacie/la poste ? (Non.)

  • Ah bon, tu mets tes enfants à la cantine ? (Pourquoi, c'est pas bon ?)

  • ET A LA GARDERIE ?!! (Et toi, tu les ramènes au bureau à 15h45 peut-être?!!)

  • La chance , tu as le temps de faire les courses quand il n'y a personne... (Oui, sur internet à 23h30 il n'y a jamais personne !)

  • Tu es chez toi ? Je peux passer prendre un café ? (Tu peux mais tu ne feras pas de bruit, j'ai des coups de fil à passer.)

  • Tu n'irais pas aider mamie à installer son meuble ? (Je suis dispo ce we, toi aussi non ?)

  • Non mais toi t'as pas de chef, moi j'ai trop de pression... (Et aussi un salaire. Moi si je glande, je coule. Légère pression.)

  • Merde, j'aurais quand même pu vider la machine ! (Moi aussi je me fais des réflexions qui m'auto-énèrvent. Ben non, j'ai pas eu le temps!)

  • Mais sinon, tu cherches un vrai boulot ? (Comment dire ?...)

Mais la pire du pire, celle qui brise mon petit cœur parce que vraiment, je dois dire non :

  • Maman, tu pourras m'accompagner à la sortie scolaire ?   

 

(Oui je mets des liens. J'ai enfin compris comment ça marchait, le référencement.)