affiche-le-temps-qu-il-resteVous prévoyiez qu’en congé maternité, vous auriez tout votre temps. Surtout avec un arrêt de trois mois avant la naissance, et bien plus après !

Vous auriez le temps de rattraper vos quatre ans d’albums photos et de montages vidéo en retard, d’aller voir tous les amis qui vous manquent… Et puis faire des sorties culturelles aussi, ce serait le moment ! Bien entendu, ce temps libre vous permettrait de vous mettre à jour dans toutes vos paperasses, les fiches de paie ne seraient plus mélangées aux factures de garderie et aux relevés de CPAM… Vous seriez parfaitement disponible pour vos enfants, et leurs mercredis ressembleraient à des histoires de la comtesse de Ségur. Que vous auriez le temps de leur lire, d’ailleurs. Comme vous seriez à la maison, celle-ci resterait rutilante en permanence, la cuisine sentirait bon les petits plats que vous auriez le temps de préparer, et le panier de linge à repasser ne déborderait plus. Pas plus que le linge sale, ou le propre à ranger, d’ailleurs. Pas un matin ne verrait quiconque en votre foyer à court de chaussettes propres, foi de wonder-woman !

Et bien sûr, les rosiers de votre grand jardin seraient taillés au cordeau, les pommes n’auraient pas le temps de toucher le sol qu’elles seraient déjà en compote dans votre congélateur, et le facteur ne vous regarderait pas d’un sale œil sous prétexte que votre boîte aux lettres n’est toujours pas aux normes… Le faire-part de naissance que vous concocteriez serait digne des graphistes les plus branchés ! Vous auriez le temps de peindre et décorer la chambre du bébé, et d’installer dans les tiroirs tous ses petits vêtements, lavés en sortant de leurs cartons. Vous seriez même large pour poncer le parquet de la chambre des grands et vitrifier celui de la salle de bain…

Evidemment, avec tout ce temps libre, vous pourriez enfin écrire un livre, voire même une encyclopédie !

Alors comment est-ce possible… Comment se fait-il que vous ayez déjà dépassé la moitié du temps imparti avant le terme prévu, et que vous n’ayez pas fait le dixième de tout ce que vous aviez envisagé ?

Les papiers, comme le linge, s’accumulent autant qu’avant. Les factures et les impôts continuent d’être payés en retard. En retard, vous l’êtes aussi à la sortie de l’école, alors que vous passez le plus clair de vos journées à la maison. Qui ne brille absolument pas, d’ailleurs ça fait tellement longtemps que vous ne savez plus où est rangé l’aspirateur. Vos enfants ne savent toujours pas que le vrai poisson n’est pas carré, et si votre grand-mère savait que votre mari, en plus de repasser lui-même ses chemises, trouve tout seul dans le frigo un bout de fromage et un reste de salade  pour dîner, elle irait de ce pas brûler un cierge pour votre salut !

Non, vous avez beau avoir, pour vous seule, 35 heures supplémentaires par semaine, vous ne comprenez pas où elles passent. C’est un vrai mystère scientifique, au même titre que les chaussettes qui finissent toujours célibataires ou les tartines qui tombent toujours à l’envers… Vos journées passent, vous faites certainement des trucs puisque vous ne vous ennuyez pas, mais quoi ? Le soir venu, vous avez sincèrement l’impression de n’avoir pas eu le temps de passer l’aspirateur !

Bon, d’accord… Aller au café après avoir déposé les enfants à l’école et y rester jusqu’à 11 heures, rentrer déjeuner puis vous faire un ciné l’après-midi, c’est peut-être légèrement chronophage…

En même temps, le cinéma, c’est une sortie culturelle, non ?